Kinshasa : Ahmed USENI condamne le comportement discriminatoire du Cardinal Ambongo dans le système éducatif congolais

L’Église catholique romaine de la République démocratique du Congo veut encore réveiller un vieux démon de la discrimination basé sur les religions dans notre système scolaire. Je pense qu’il est temps aux pouvoirs publics de rappeler aux dirigeants de cette église, le caractère laïc de notre pays, dans lequel aucune religion ni croyance ne peut oser imposer sa loi ni sa doctrine dans le fonctionnement de la Cité.


Je viens d’apprendre que l’Église catholique romaine de la République démocratique du Congo veut re-instaurer ce système ségrégationniste basé sur les religions dans les écoles conventionnées catholiques comme cela fut déjà observé durant la colonisation belge dans notre pays où aucun non-catholique ne pouvait y tenir la craie ni y être assis sur le banc.


Je rappelle à ceux qui auraient déjà oublié et informe ceux qui l’ignoraient encore cette autre page noire de notre histoire qu’une telle clause a malheureusement été appliquée durant des longues années dans notre pays par les missionnaires belges pendant la colonisation.
Mon propre père Al-Hadj Useni Bin Amisi qui était né en ce moment-là dans sa foi musulmane comme le furent ses parents et aïeux, en avait été victime avant d’être admis à l’école primaire dans son Kivu natal.

Mon père était traumatisé et forcé d’abandonner sa religion musulmane pour le catholicisme aux fins d’avoir droit à la scolarité, car à l’époque, aucun enfant musulman n’avait droit à la scolarité.
Mon père fut contraint à devenir catholique jusqu’à y être baptisé au nom de « Fulgence » pour qu’il ait droit à la scolarité et, être élevé plus tard comme « indigène immatriculé ou évolué » quand il devenait Cadre dans la Banque centrale du Congo-Rwanda-Urundi dans le Kivu quelques années seulement avant l’indépendance de notre pays.

Ceci est d’ailleurs, l’une des raisons profondes et lointaines de la rareté des musulmans dans la vie publique dans notre pays parce que depuis la nuit des temps, le chemin de la compétition leur était barricadé.

Dans l’histoire récente de notre pays, durant tous les dix-huit ans de règne de Jospeh Kabila, les musulmans congolais ont eu l’impression que cette clause discriminatoire était tacitement revenue en vigueur parce que parmi les 452 Ministres nommés par Jospeh Kabila dans ses neuf différents Gouvernements entre 2006 et 2018 dont : Gizenga I et II, Muzito I et II, Matata I, II et III, Badibanga I et Tshibala I, l’on n’y a retrouvé aucun musulman régulièrement nommé. Musa Kalema s’y était retrouvé par effraction durant cinq petits mois en assumant l’intérim du Ministre de travail et de la prévoyance sociale Nzanga Mobutu, avant qu’il soit chassé sans raisons valables.


Félix Tshisekedi a commencé à inspirer confiance aux musulmans congolais avec Musa Mondo aux Hydrocarbures mais, la nouvelle attitude de l’église catholique romaine dans notre pays risque de nous faire avancer en reculons. Voilà pourquoi, je pense qu’il est plus que temps aux pouvoirs publics de tirer les oreilles des dirigeants de cette Église pour nous éviter des maux supplémentaires dans notre système scolaire qui, d’ailleurs, est désormais pris en charge par l’État congolais avec les fonds des contribuables congolais et non par les fonds du Vatican ni des Laïcs ou Clergés catholiques.


D’ailleurs, n’est-il pas humainement et scientifiquement insensé de penser qu’il faudrait forcément être catholique pour bien enseigner aux élèves des matières comme les mathématiques, la géographie, la chimie, la physique, la gymnastique etc.?

Maître Emedi Useni Ahmed.
Coordonnateur Scientifique de l’Élite Musulmane de la RDC.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*